Appel à contributions pour le Bulletin de l’IFAN, série B (Sciences humaines),

 Le Bulletin de l’IFAN, série B (Sciences humaines), lance un appel à contribution d’articles pluridisciplinaires pour le tome LXII (1-2) à paraître en 2023. 

Fondé en 1939, le Bulletin de l’IFAN publie des articles originaux ou de synthèse, des notes et documents et des comptes rendus bibliographiques sur des sujets relatifs à l’Afrique noire et spécialement l’Afrique noire occidentale, dans les différents domaines des sciences de la Vie et de la Terre pour sa série A et dans ceux des sciences humaines pour sa série B. 

Ces études sont généralement rédigées en français, mais peuvent l’être en anglais ou éventuellement en allemand, espagnol, italien, ou portugais. Dans les autres cas, une traduction en français ou en anglais sera nécessaire. 

Les articles (bibliographie comprise) ne devront pas dépasser 30 pages en interligne simple. La police recommandée est Times New Roman, corps 12. Les notes de bas de pages seront traitées dans la même police de caractères, corps 10. 

Un résumé doit figurer obligatoirement en début d’article, rédigé par l’auteur dans la langue de publication de l’article. Il doit contenir les principaux éléments de l’étude, surtout ceux qui n’apparaissent pas dans le titre, en particulier son objet, sa méthodologie, les principaux éléments apportés et les conclusions essentielles. 

À la suite du résumé dans la langue de publication doit figurer un résumé dans une autre langue de communication internationale (français ou anglais) précédé du titre traduit dans cette langue ; ce résumé peut être plus long et plus complet que le résumé dans la langue de publication. 

Des mots-clés doivent être mentionnés après les résumés, de façon à pouvoir intégrer l’article dans les systèmes internationaux de bases de données. 

Chaque article comportera des subdivisions avec des titres et sous-titres courts en minuscules. La hiérarchie entre les différents niveaux de titres doit être très claire. 

Les citations sont placées entre guillemets doubles et insérées dans le corps du texte, lorsqu’elles sont courtes. Si elles atteignent au moins quatre lignes, elles sont placées en retrait. Toute citation, directe ou indirecte, doit être référencée. 

Les citations de seconde main ne sont pas admises. 

Les références sont incorporées dans le texte, selon le système auteur-date sans ponctuation, entre parenthèses, comme suit : 

(Fall 1980) et, en cas de renvoi à la page : (Fall 1980 : 118) ou (Fall 1980 : 117, 120, 130). 

Dans le corps du texte, le nom est présenté en minuscules, à l’exception de l’initiale en majuscule : Vernant ; Vidal-Naquet ; Diop. 

Les notes de bas de page seront numérotées de façon continue. Il est conseillé d’éviter l’excès de notes (en nombre ou en longueur). 

En dehors des sigles, aucun mot ne doit être écrit en capitales, même au niveau des titres. Il est demandé de ne pas mettre de point ni d’espace après chaque lettre (exemple : IFAN et non I. F. A. N.). 

Les majuscules initiales doivent être réservées au début des phrases et aux noms propres ou considérés comme tels (et aussi aux noms communs en allemand) et elles seront accentuées, le cas échéant (À, Â, É, È, Ê, Ô, etc.). 

Aucun texte ne doit être soumis s’il a déjà été publié ou s’il est en instance de l’être dans une autre revue. Les manuscrits reçus sont soumis à un comité de lecture qui a pour mission de juger leur contenu aux points de vue de leur valeur scientifique et de l’opportunité de leur publication par l’IFAN. Les auteurs sont informés de la décision prise par ce comité. La rédaction se réserve la possibilité de procéder à des retouches dans le texte et à des suppressions dans les tableaux et illustrations. 

Une bibliographie sera attachée à chaque contribution, et devra être présentée comme suit. 

Présentation bibliographique (dans l’ordre alphabétique, uniquement) 

1) ouvrages imprimés, à présenter comme suit, à l’exclusion de toute autre mention 

a) ouvrage en 1 vol. 

FOURNIER, N. (1998). Grammaire du français classique. Paris : Belin. 

b) titre générique d’un ouvrage et titre propre d’un volume 

GURVITCH, G. (1969). La vocation actuelle de la sociologie, t. 1, Vers la sociologie différentielle. Paris : PUF. 

c) contribution à un ouvrage collectif 

THILMANS, G. (1997). « Puits et captiveries à Gorée aux XVIIe et XVIIIe s. » : 107-120, 5 ill., in : D. Samb (ed.) Gorée et l’esclavage. Dakar : IFAN Ch. A. Diop. 

2) Mémoire ou thèse (norme AFNOR Z44-050, simplifiée) 

NGOM, P. M. (1995).- Caractérisation de la croûte birimienne dans les parties centrale et méridionale du supergroupe de Mako.- Th. État : Géol. : UCAD de Dakar.- 243 f. 

3) Article 

CASTER, F. (1964). « Les réseaux modernes », Géographie urbaine XII (9) : 234-289, 11 fig., 3 ill., 1 carte. 

Les contributions sont à envoyer à : publications.ifan@ucad.edu.sn et seront publiées dans le Bulletin de l’IFAN, série B, LXII (1-2) 2023 

Date limite de soumission : 31 décembre 2022

L’IFAN Ch. A. Diop et l’Université d’Évry réfléchissent à des axes de collaboration

Une délégation de l’université d’Évry a été reçue à l’Institut fondamental d’Afrique noire Cheikh Anta de Diop du 27 au 28 mai. Les enjeux de la conservation et de la valorisation du patrimoine africain ont été au centre de deux jours d’échanges avec les services du Département de l’information scientifique de l’IFAN Ch. A. Diop et la délégation conduite par son président, Pr Patrick Cumi

Les Services des Archives, de la Publication, de la documentation et de l’Audiovisuel, ont tour à tour, exposé les fonds documentaires dont ils disposent, présenté leurs missions respectives ainsi que les contraintes et défis de la préservation de ce patrimoine. À la suite, une visite guidée a été organisée sous la conduite du Directeur de l’IFAN Ch. A. Diop, le Pr Abdoulaye Bailla Ndiaye.

« Pendant ces deux jours, on a eu à faire l’état des lieux et à échanger sur les perspectives de collaboration en termes de conservation et de valorisation. On a senti un certain intérêt de la part de l’université d’Évry. Ce qui est un réel motif de satisfaction, compte tenu de l’importance de ces fonds pour nous, pour les communautés d’origine et pour la communauté scientifique en général », a indiqué le Directeur. Pour le président de l’université d’Évry, Pr Patrick Cumi, cette visite a également répondu aux attentes. 

« On pressentait que cette visite allait, à la fois, nous permettre de découvrir un univers de données et d’informations qui sont précieuses à un moment où on a besoin de réconcilier l’homme avec l’homme dans sa diversité, mais aussi l’homme dans une harmonie avec la nature. On habite une maison commune qui, aujourd’hui, est quand même assez menacée. Et, ce que l’on a découvert ici, c’est qu’il y’a un ensemble de fonds documentaires écrits de la main de l’homme, des résultats de recherche scientifique, des fonds photographiques et sonores ainsi que des témoignages qui sont tout à fait originaux et inédits ; d’autres qui viennent en complémentarité de ceux qui existent dans le monde.  À l’université d’Évry, on a eu cette volonté qui perdure de mettre en valeur la richesse de l’histoire africaine, à travers les usages, les connaissances, la façon dont on respecte sur la longue durée, la terre qui nous nourrit et puis il y a les connaissances autour des plantes, du sous-sol, etc. L’IFAN Ch. A. Diop concentre tout cela. » 

L’IFAN Ch. A. Diop et l’université d’Évry partagent la même sensibilité à préserver ces documents et à valoriser les savoirs émanant de ces fonds qui constituent un legs pour les générations futures. Les discussions vont se poursuivre pour identifier précisément les axes de collaboration afin de mieux sauvegarder ce patrimoine en vue d’une exploitation scientifique.