Célébration de  la journée mondiale des oiseaux migrateurs à l’IFAN 

Le département de biologie animale de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN Ch. A. Diop) a célébré, le samedi 11 mai la Journée mondiale des oiseaux migrateurs. En accord avec le thème de cette année qui souligne l’importance des insectes pour les oiseaux migrateurs, l’IFAN a accueilli diverses personnalités, étudiants et élèves pour débattre et discuter des enjeux liés à la préservation de ces espèces.

La Journée mondiale des oiseaux migrateurs est une occasion de réfléchir  sur les enjeux liés à la protection des oiseaux migrateurs et offre une opportunité de sensibiliser le public sur les enjeux de la préservation de l’écosystème. Représentant le directeur de l’IFAN, Dr Nouhou Diaby a rappelé que cette animation scientifique fait partie des missions essentielles de l’institut.

« Le but de cette journée est de renforcer les connaissances sur les oiseaux migrateurs. L’IFAN qui possède une vaste collection d’oiseaux mais aussi d’insectes est naturellement un partenaire clé pour mettre en lumière l’urgence de leur conservation, » a souligné  Dr Diaby.

L’importance des insectes  pour les oiseaux est cruciale. Pendant la saison migratoire, les oiseaux dépendent de ces insectes pour se nourrir. Cette interaction affecte le timing, la durée et le succès global de leur migration. Tout au long de leur parcours, les oiseaux migrateurs recherchent activement les insectes, que ce soit dans les forêts, les marées ou les lacs pour reconstituer leurs réserves énergétiques avant de poursuivre leur voyage. Les oiseaux jouent également un rôle essentiel dans la pollinisation et la lutte contre les parasites, et l’absence d’insectes peut paralyser l’écosystème.

Selon Dr Aïssatou Yvette Diallo, spécialiste des vertèbres terrestres, les oiseaux migrateurs régulent les insectes ravageurs des cultures, en consommant jusqu’à 80% de ces nuisibles, jouant ainsi un rôle important dans l’équilibre écologique.

«  Le pic d’abondance des insectes coïncide avec celui des oiseaux migrateurs, et toute perturbation dans la disponibilité des insectes peut avoir des répercussions sur les systèmes écologiques » a insisté Dr   Aïssatou Yvette  Diallo La Journée mondiale des oiseaux migrateurs est une célébration annuelle  qui vise la sensibilisation du  public sur des questions liées à la conservation des oiseaux migrateurs et de leurs habitats. Cette année, l’IFAN se joint aux événements organisés à travers le monde pour mettre en lumière les défis auxquels les oiseaux  font face et l’importance de la coopération  pour assurer leur survie.

L’IFAN célèbre la journée mondiale des oiseaux migrateurs

L’Institut fondamental d’Afrique noire, (IFAN Ch.A.Diop) commémore la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs (JMOM).   L’évènement se tiendra le 11 mai 2024 à 9 heures à l’IFAN

En adéquation avec le thème de cette année qui met l’accent sur l’importance des insectes pour les oiseaux migrateurs, la journée sera marquée par un atelier de réflexion soulignant les défis associés à la diminution des populations d’insectes. Une visite d’exposition mettant en relief la collection d’oiseaux insectivores et d’insectes de l’IFAN sera organisée dans le Hall de l’IFAN à la suite de cet atelier.

La Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs est une initiative annuelle visant à sensibiliser le public sur l’importance de la préservation des oiseaux migrateurs et de leurs habitats.

Cours d ‘alphabétisation

Dans le cadre de ses missions de service public, l’IFAN Cheikh Anta Diop, en partenariat avec l’Association Fonk Sunuy Làmmiñ, annonce l’organisation de cours d’alphabétisation en langues nationales. Cette année, l’accent est mis sur le wolof, le pulaar, le jóolaa et le seereer. Ces cours, qui se dérouleront du 15 mai au 8 juin 2024, sont ouverts à tous ceux qui souhaitent améliorer leur lecture et leur écriture dans ces langues. Le calendrier est le suivant :

 Les mercredis de 15h30 à 17h30, en ligne et en présentiel

Les samedis de 10h30 à 12h30, uniquement en présentiel

 L’objectif général de ce programme est d’acquérir une maîtrise des bases de l’expression écrite et de la lecture en wolof, en pulaar, en jóolaa et en seereer. Les compétences visées incluent la connaissance des règles d’orthographe et de séparation des mots en wolof, en pulaar, en jóolaa et en seereer, ainsi que la capacité à lire avec fluidité.  Les personnes  intéressées sont  invitées à remplir le formulaire d’inscription avant le 10 mai 2024.

Lien d ‘inscription : https://forms.gle/QFWQhw61ho5onhk8A 

Contacts : Contacts : +221 77 631 63 47 ;  +221 77 453 64 63 

Conférence Jeune et Santé humaine à l’IFAN

L’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN Ch. A. Diop) a organisé ce mardi 19 mars 2023 une conférence sur le thème “Jeûne et Santé Humaine”. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mission de service à la communauté pour  favoriser l’inter action entre les travailleurs, le public et les spécialistes sur des thèmes de portée sociale.

La conférence a été prononcée par  Pr. Abdoulaye Samb, doyen honoraire de la Faculté de Médecine qui a exploré en profondeur les implications médicales et les pratiques de santé pendant les mois de Ramadan et de carême.

Pr. Samb a rappelé les vertus du jeûne qui a  un impact positif sur la santé générale et sur le vieillissement.  Il a par ailleurs  partagé quelques bonnes pratiques en matière d’alimentation et d’effort physique. Pour le directeur de l’IFAN, cette rencontre revêt une importance capitale

« Non seulement elle nous permet de puiser à la source de la science, mais elle nous offre également l’opportunité de communier dans la convivialité ».

Dans cet esprit de convivialité,  des kits Carême et Ramadan ont été distribués à tout le personnel de l’IFAN notamment les PERS, les PATS, les retraités, les stagiaires, les techniciennes de surface  et les responsables de la sécurité. Cette initiative symbolique vise à renforcer des valeurs telles que la solidarité et le partage au sein  de l’IFAN.

Parution de deux numéros du bulletin Série B : Sciences Humaines de l’IFAN

La scolarisation et l’alphabétisation accrues, la codification de plus d’une vingtaine de langues, de nouvelles modalités d’écriture et de lecture rendues possibles par le numérique, l’essor de littérature écrite en langue nationale etc. sont autant de mutations survenues ces dernières décennies, au Sénégal, dans les domaines de l’écrit, de l’écriture, du texte. Le tome LXI des Bulletins de l’IFAN, Série B, est un numéro thématique qui procède à la recension, à la description et l’interprétation de productions langagières scripturales, en wolof, pulaar, français et arabe.

Le tome varia LXII, se compose quant à lui de deux volumes qui explorent une variété de sujets selon des approches et des démarches relevant des sciences humaines et sociales notamment de l’histoire, de la géographie environnementale, de la préhistoire, de l’archéologie, de la linguistique, de la philosophie et de la sociolinguistique.

Ces deux tomes sont disponibles au service des publications de l’IFAN. Pour rappel, Le Bulletin B de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire  est une revue scientifique à comité de lecture crée depuis 1936.

L’IFAN et l’IFEF s’associent pour diffuser la collection Léebal Ma

À l’occasion de la journée internationale de la langue maternelle, l’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF) a remis la collection Léebal Ma ainsi que des calendriers en wolof aux représentants des cases des tous petits, des écoles élémentaires et des centres socio-culturels de la région de Dakar. Cette documentation élaborée par le laboratoire de linguistique de l’IFAN Cheikh Anta Diop et la société Kati360 comprend des livrets de conte et des calendriers en langues nationales destinés aux enfants et aux élèves. L’IFEF a apporté son soutien financier à ce projet.

Les contes du livret Léebal Ma véhiculent des valeurs de coopération, de respect et d’ouverture aux autres. Des activités sont proposées après chaque récit pour stimuler l’expression orale de l’enfant, l’aider à structurer son raisonnement, affiner son jugement, éveiller son intérêt et renforcer son identité. Les calendriers mettent en valeur les produits locaux et les savoir-faire culinaires.

Ainsi, des milliers de documents sont gracieusement mis à la disposition des jeunes. La collaboration entre l’IFAN et l’IFEF est saluée par les parties prenantes. L’IFAN apporte son expertise scientifique à travers l’élaboration de ces contes et calendriers. L’IFEF apporte son soutien financier et son réseau de partenaires pour la vulgarisation de ces documents.  L’objectif est de faire connaître le patrimoine aux jeunes générations en leur transmettant l’héritage.

L’IFAN et le Centre Cheikh Moussa Kamara collaborent pour la sauvegarde et la valorisation de manuscrits arabo-islamiques du Sénégal et de la sous-région

L’Institut fondamental d’Afrique noire IFAN Cheikh Anta Diop et le Centre Cheikh Moussa Kamara pour la Recherche, la Culture et le Développement ont signé une convention pour soutenir la restauration, la conservation, la numérisation et la valorisation des manuscrits des lettrés arabes du Sénégal et de la sous-région. Il s’agit d’un patrimoine religieux, scientifique et culturel  d’une portée incommensurable. Installé à Ganguél Soulé dans la  région de Matam (département de Kanel), le centre se fixe comme objectif la collecte, la conservation et la valorisation des manuscrits de Cheikh Moussa Camara ainsi que d’autres érudits musulmans de la zone.

Cheikh Moussa Kamara, guide religieux originaire duFouta a marqué de son empreinte l’histoire intellectuelle du Sénégal. Son œuvre rédigée en langue arabe couvre des domaines variés tels que l’histoire, la religion, la linguistique, la grammaire, la sociologie, l’anthropologie et l’astrologie.

Eminent historien, Cheikh Moussa Kamara entretenait des liens cordiaux avec l’administration coloniale. Il avait ainsi instruit son petit-fils, Mamadou Djiby Kane de remettre des manuscrits à Théodore Monod, le premier directeur de IFAN. Ces manuscrits forment le fonds Cheikh Moussa Kamara constitué entre 1930 et 1944. Ils sont soigneusement préservés dans la salle des manuscrits de l’IFAN qui porte son nom.

Pour soutenir ce partenariat entre l’IFAN et le centre, le khalife de la famille Cheikh Moussa Kamara, Thierno Mouhamadou Bassirou Camara, a invité une délégation de l’IFAN à Guanguel Soulé lors de la ziarra annuelle à l’honneur de  Cheikh Moussa Kamara (1864-1945). La délégation était composée du directeur de l’IFAN, Pr Abdoulaye Baila Ndiaye, du chef du laboratoire d’Islamologie, Dr Djim Damé, du chef du service des archives, Souleymane Gaye.

Dans son discours, le directeur de l’IFAN a magnifié les liens qui unissaient l’Institut à Cheikh Moussa Camara. Il a réaffirmé la disponibilité de l’IFAN à développer des relations de confiance avec le Centre Ch. M. Kamara et avec toutes les familles qui possèdent des manuscrits précieux afin de faciliter leur sauvegarde et leur valorisation. Il a encouragé les détenteurs de manuscrits à les confier au Centre Cheikh Moussa Kamara pour assurer leur préservation et leur diffusion au niveau national et international. L’objectif étant d’éviter  la disparition des savoirs pluridisciplinaires produits par nos érudits.

« L’IFAN ne ménagera aucun effort pour soutenir la préservation et la valorisation de ce patrimoine précieux », a indiqué Pr Ndiaye insistant sur la nécessité de sensibiliser la population sur l’intérêt de céder les documents au centre Cheikh Moussa Kamara et de faire de ce lieu un pôle d’attraction et de visibilité pour la localité.

Le directeur de l’IFAN a par ailleurs salué le rôle du khalife Thierno Mouhamadou Bassirou Kamara et a rappelé la collaboration de longue date entre l’IFAN et la famille de Cheikh Moussa Camara.

Exposition « Habiter ce monde » , un appel contre la haine et le désespoir

Le musée Théodore Monod d’art africain de l’IFAN Ch. A DIOP, en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac présente l’exposition « Habiter ce monde » du 19 janvier au 31 mars 2024. Le  vernissage de l’exposition s’est déroulé le 18 janvier en présence des autorités des deux institutions muséales.

Les clichés exposés  sont le résultat de recherche de trois artistes, lauréats du prix de la photographie du musée du quai Branly-jacques Chirac en 2019.  Elles relatent chacune une histoire, un évènement et un vécu. Abdoulaye Barry  montre à travers ses photos les nuits passées avec des réfugiés fuyant les djihadistes alors que les torches des téléphones portables semblent   donner des lueurs d’espoir pour des lendemains meilleurs. Pablo Lopez Luz  s’intéresse à la protection des maisons cubaines  particulièrement aux  motifs des fers et des grilles des habitations variés et adaptés à la culture caribéenne. La  photographie de Prasiit Sthapit dresse le tableau de la situation écologique et politique vulnérable du Népal.

Le prix de la photographie du musée du quai Branly-Jacques Chirac témoigne de l’engagement de l’institution muséale  en faveur de la création photographique contemporaine extra-européenne, s’adressant aux artistes photographes originaires de l’un des quatre continents représentés dans les collections des musées en Afrique, Asie, Amérique et Océanie.

A l’ occasion du vernissage, Emmanuel Kasarhérou, président du musée du quai Branly-Jacques Chirac rappelle la volonté de « Co-construire » un partenariat nouveau avec l’IFAN. Il rajoute  que l’exposition  « Habiter ce monde » est un programme initié depuis 2008, permettant de percevoir et d’élargir la perception du monde, constituant ainsi une archive photographique à conserver .

 La première présentation des œuvres des trois lauréats 2019, Prasiit Sthapit (Népal), Pablo Lopez Luz (Mexique) et Abdoulaye Barry (Tchad) à Dakar est l’occasion pour le musée Théodore Monod de l’IFAN Cheikh Anta Diop de les mettre en résonance avec la scène artistique sénégalaise, dynamique et innovante. Ce qui témoigne des liens tissés entre les deux institutions, en cohérence avec leur engagement pour la diffusion de la photographie.

Pour le directeur de l’IFAN, Pr Abdoulaye Baila Ndiaye, la présentation de cette  exposition à Dakar est une nouvelle étape et vient renforcer le partenariat et l’amitié entre le musée du quai Branly-Jacques Chirac et l’IFAN Cheikh Anta Diop. Il précise que la photographie est un patrimoine à entretenir pour rendre le monde plus intelligent. C’est également un appel poétique à nous ériger contre la haine et le désespoir.

ARIELLE MAHOUDO METAHOU

Stagiaire Service Communication

L’exposition “Falémé 12 ans de recherche dans le Sénégal oriental” : comprendre le passé pour mieux s’imprégner du présent…

Du 30 janvier au 30 avril, le musée historique de Gorée de l’IFAN Ch. A. Diop accueille l’exposition “ Falémé 12 ans de recherche dans le Sénégal oriental” qui présente les résultats de 12 ans de fouilles archéologiques menées par une équipe internationale et interdisciplinaire d’archéologues et de paléo environnementalistes. L’exposition retrace l’histoire des populations humaines qui ont habité cette région depuis le Paléolithique ancien jusqu’à nos jours, en mettant en lumière les techniques qu’elles ont développées pour exploiter les ressources de la rivière, ainsi que les influences et les réseaux d’échange qu’elles ont tissé avec d’autres régions.

Proposant un parcours chronologique et thématique à travers plusieurs méthodes de datation, ce travail de recherche exposé à Gorée  permet de découvrir les vestiges archéologiques issus des fouilles, tels que des objets taillés en pierre, de la céramique, des cauris et des perles, mais aussi de comprendre le contexte géomorphologique et paléo environnemental dans lequel ils ont été produits et utilisés. L’exposition s’intéresse aussi aux aspects culturels et sociaux des populations, comme la métallurgie, l’architecture, l’agriculture, l’élevage, la chasse et la pêche.

Le défi de ces douze années de recherche est  de dater chronologiquement l’évolution du peuplement et du climat, ainsi qu’à démontrer les méthodes d’adaptation de la population. L’objectif est également de reconstituer le climat, de décrire les événements passés, la végétation qui y était présente et l’origine de la production d’or.  Il s’agit ainsi  de mieux comprendre les changements environnementaux et les adaptations humaines qui ont eu lieu dans la région étudiée.

Du temps médiéval jusqu’au début de la production du fer, à l’époque actuelle, les chercheurs du projet s’intéressent de près dans leur documentation aux techniques métallurgiques qui ont été mises en œuvre, ainsi que les éléments architecturaux. Les recherches ont permis de retrouver des sites de production de fer qui dataient du 4e siècle avant notre ère.

By Khadija NDONGO,
Stagiaire, Service Communication IFAN

INTERVIEW KHADIM NDIAYE, CHERCHEUR EN HISTOIRE DE L’AFRIQUE

Chercheur en histoire de l’Afrique, l’Enseignant nous livre un vibrant témoignage sur la vie et l’œuvre de Cheikh Anta Diop qui a largement contribué à la restauration de la vérité scientifique et la promotion des langues africaines, notamment locales, gage de développement et d’indépendance.

Au stade actuel, les archives de l’IFAN Ch. A. Diop et de l’UCAD sont malheureusement muettes sur tout ce qui concerne Cheikh Anta Diop. Quelle explication peut-on donner à cette donne ?

Cheikh Anta Diop, auteur controversé, a longtemps eu la réputation d’un penseur infréquentable qui a osé bousculer les idées reçues sur l’histoire de l’Afrique. De son temps, très peu d’intellectuels se sont risqués à écrire sur lui, au sein même de l’Université. Ceci explique certainement cette situation. Mais curieusement, on note aujourd’hui un regain d’intérêt autour de sa pensée. Il y a un réel engouement, chez les jeunes notamment et on ne compte plus le nombre d’articles scientifiques et d’ouvrages qui lui sont consacrés.

Quel est l’apport de ses travaux à la recherche scientifique à l’UCAD et en Afrique en général ?

Un de ses principaux apports est d’avoir théorisé et démontré l’antériorité des civilisations noires. Le continent africain est à l’origine de tout le développement de la civilisation humaine. Cela a été rendu possible par la démonstration qu’il a faite de la « continuité historique » de l’Afrique, faisant remonter son origine à l’Antiquité, ruinant ainsi la thèse des « siècles obscurs » communément soutenue à son époque.

Le rôle de Cheikh Anta DIOP dans la restauration et la préservation de la vérité scientifique, comment l’évaluer ?

Cheikh Anta Diop a joué un rôle de pionnier dans la restauration de la vérité scientifique sur l’Afrique. Si la thèse de l’antériorité des civilisations africaines a été évoquée par des auteurs antérieurs, son apport décisif a été d’en faire un « concept scientifique opératoire » qu’il a pu vérifier dans plusieurs domaines de la connaissance : historique, linguistique, philosophique, sociologique, etc.

Pourquoi a-t-il toujours ramé à contre-courant de la Communauté scientifique internationale ?

Certaines thèses, très en vue à son époque et qui dissimulaient en réalité un projet de domination, faisaient de l’Afrique le parent pauvre de l’histoire, un continent fruste qui n’a rien apporté. Diop a opéré un renversement épistémologique en montrant que l’Afrique est la mère des civilisations. C’est donc une confrontation qui instaure une césure radicale dans la vision de l’histoire de l’humanité.

À quel point pouvez-vous évaluer les impacts (positifs comme négatifs) de son engagement politique ou de son génie politique sur son parcours d’homme de sciences ?

L’impact positif c’est la référence sur l’éthique tout au long de sa carrière politique. Cheikh Anta Diop a refusé à plusieurs reprises l’offre de postes ministériels et parlementaires faite à son parti. Il a toujours refusé les compromissions. Ce qui lui a valu d’être combattu. Il aurait pu faire beaucoup plus au niveau de la formation et de la recherche scientifique si les pouvoirs publics n’avaient pas transféré l’adversité politique sur le terrain de la science.

D’aucuns disent que Cheikh Anta DIOP était bien au-dessus de son époque, qu’en pensez-vous ?

Ceux qui vont à l’encontre de la doxa officielle dans le domaine du savoir sont en général incompris et rejetés de prime abord. C’est bien une marque de supériorité que de renverser une perspective communément admise, d’offrir des paradigmes nouveaux de lecture et d’user d’une méthodologie pluridisciplinaire. C’est ce que fit Cheikh Anta Diop.