L’IFAN et le Centre Cheikh Moussa Kamara collaborent pour la sauvegarde et la valorisation de manuscrits arabo-islamiques du Sénégal et de la sous-région

L’Institut fondamental d’Afrique noire IFAN Cheikh Anta Diop et le Centre Cheikh Moussa Kamara pour la Recherche, la Culture et le Développement ont signé une convention pour soutenir la restauration, la conservation, la numérisation et la valorisation des manuscrits des lettrés arabes du Sénégal et de la sous-région. Il s’agit d’un patrimoine religieux, scientifique et culturel  d’une portée incommensurable. Installé à Ganguél Soulé dans la  région de Matam (département de Kanel), le centre se fixe comme objectif la collecte, la conservation et la valorisation des manuscrits de Cheikh Moussa Camara ainsi que d’autres érudits musulmans de la zone.

Cheikh Moussa Kamara, guide religieux originaire duFouta a marqué de son empreinte l’histoire intellectuelle du Sénégal. Son œuvre rédigée en langue arabe couvre des domaines variés tels que l’histoire, la religion, la linguistique, la grammaire, la sociologie, l’anthropologie et l’astrologie.

Eminent historien, Cheikh Moussa Kamara entretenait des liens cordiaux avec l’administration coloniale. Il avait ainsi instruit son petit-fils, Mamadou Djiby Kane de remettre des manuscrits à Théodore Monod, le premier directeur de IFAN. Ces manuscrits forment le fonds Cheikh Moussa Kamara constitué entre 1930 et 1944. Ils sont soigneusement préservés dans la salle des manuscrits de l’IFAN qui porte son nom.

Pour soutenir ce partenariat entre l’IFAN et le centre, le khalife de la famille Cheikh Moussa Kamara, Thierno Mouhamadou Bassirou Camara, a invité une délégation de l’IFAN à Guanguel Soulé lors de la ziarra annuelle à l’honneur de  Cheikh Moussa Kamara (1864-1945). La délégation était composée du directeur de l’IFAN, Pr Abdoulaye Baila Ndiaye, du chef du laboratoire d’Islamologie, Dr Djim Damé, du chef du service des archives, Souleymane Gaye.

Dans son discours, le directeur de l’IFAN a magnifié les liens qui unissaient l’Institut à Cheikh Moussa Camara. Il a réaffirmé la disponibilité de l’IFAN à développer des relations de confiance avec le Centre Ch. M. Kamara et avec toutes les familles qui possèdent des manuscrits précieux afin de faciliter leur sauvegarde et leur valorisation. Il a encouragé les détenteurs de manuscrits à les confier au Centre Cheikh Moussa Kamara pour assurer leur préservation et leur diffusion au niveau national et international. L’objectif étant d’éviter  la disparition des savoirs pluridisciplinaires produits par nos érudits.

« L’IFAN ne ménagera aucun effort pour soutenir la préservation et la valorisation de ce patrimoine précieux », a indiqué Pr Ndiaye insistant sur la nécessité de sensibiliser la population sur l’intérêt de céder les documents au centre Cheikh Moussa Kamara et de faire de ce lieu un pôle d’attraction et de visibilité pour la localité.

Le directeur de l’IFAN a par ailleurs salué le rôle du khalife Thierno Mouhamadou Bassirou Kamara et a rappelé la collaboration de longue date entre l’IFAN et la famille de Cheikh Moussa Camara.

Exposition « Habiter ce monde » , un appel contre la haine et le désespoir

Le musée Théodore Monod d’art africain de l’IFAN Ch. A DIOP, en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac présente l’exposition « Habiter ce monde » du 19 janvier au 31 mars 2024. Le  vernissage de l’exposition s’est déroulé le 18 janvier en présence des autorités des deux institutions muséales.

Les clichés exposés  sont le résultat de recherche de trois artistes, lauréats du prix de la photographie du musée du quai Branly-jacques Chirac en 2019.  Elles relatent chacune une histoire, un évènement et un vécu. Abdoulaye Barry  montre à travers ses photos les nuits passées avec des réfugiés fuyant les djihadistes alors que les torches des téléphones portables semblent   donner des lueurs d’espoir pour des lendemains meilleurs. Pablo Lopez Luz  s’intéresse à la protection des maisons cubaines  particulièrement aux  motifs des fers et des grilles des habitations variés et adaptés à la culture caribéenne. La  photographie de Prasiit Sthapit dresse le tableau de la situation écologique et politique vulnérable du Népal.

Le prix de la photographie du musée du quai Branly-Jacques Chirac témoigne de l’engagement de l’institution muséale  en faveur de la création photographique contemporaine extra-européenne, s’adressant aux artistes photographes originaires de l’un des quatre continents représentés dans les collections des musées en Afrique, Asie, Amérique et Océanie.

A l’ occasion du vernissage, Emmanuel Kasarhérou, président du musée du quai Branly-Jacques Chirac rappelle la volonté de « Co-construire » un partenariat nouveau avec l’IFAN. Il rajoute  que l’exposition  « Habiter ce monde » est un programme initié depuis 2008, permettant de percevoir et d’élargir la perception du monde, constituant ainsi une archive photographique à conserver .

 La première présentation des œuvres des trois lauréats 2019, Prasiit Sthapit (Népal), Pablo Lopez Luz (Mexique) et Abdoulaye Barry (Tchad) à Dakar est l’occasion pour le musée Théodore Monod de l’IFAN Cheikh Anta Diop de les mettre en résonance avec la scène artistique sénégalaise, dynamique et innovante. Ce qui témoigne des liens tissés entre les deux institutions, en cohérence avec leur engagement pour la diffusion de la photographie.

Pour le directeur de l’IFAN, Pr Abdoulaye Baila Ndiaye, la présentation de cette  exposition à Dakar est une nouvelle étape et vient renforcer le partenariat et l’amitié entre le musée du quai Branly-Jacques Chirac et l’IFAN Cheikh Anta Diop. Il précise que la photographie est un patrimoine à entretenir pour rendre le monde plus intelligent. C’est également un appel poétique à nous ériger contre la haine et le désespoir.

ARIELLE MAHOUDO METAHOU

Stagiaire Service Communication